L’eau distribuée dans votre commune

L’eau distribuée dans votre commune est issue de la nappe phréatique de la craie. Elle est ensuite traitée par l’usine du Pecq-Croissy. Cette eau, naturellement très calcaire, a une dureté calcique (taux de calcaire) d’environ 25-27 degrés français. Quand il est trop présent dans l’eau, le calcaire génère des nuisances : les chaudières ou chauffe-eaux et les équipements électroménagers s’entartrent, ce qui provoque des surconsommations énergétiques et accélère leur usure. Les usagers recourent alors à des produits d’entretien pour lutter contre le colmatage des robinets et les dépôts de tartre sur les parois de douche, les éviers, etc. Une eau trop calcaire peut parfois également entraîner, à son contact, un assèchement de la peau.

Ces nuisances, plus ou moins ressenties, engendrent des dépenses qui s’élèvent en moyenne à 150 € par an et par foyer (*) (désagréments, maintenance ou remplacement des équipements, énergie, achat de produits ménagers, etc.). Dans un sondage (**) effectué en septembre 2015, 92% des consommateurs de l’ouest parisien se déclaraient favorables à la mise en place d’une solution collective visant à réduire le taux de calcaire dans l’eau.

Plus de confort et de pouvoir d’achat pour tous

Pour résorber les nuisances liées au calcaire et pour répondre à une attente massive des usagers, une unité de décarbonatation collective est actuellement en construction à l’usine de Flins-Aubergenville. Le calcaire en excès sera enlevé par une étape de traitement spécifique qui éliminera les désagréments causés par le calcaire (entartrage, surcoûts, etc.) tout en conservant les qualités minérales de l’eau. Cet adoucissement collectif de l’eau coûtera moins de 30 € par an et par foyer (*) permettant ainsi un gain de pouvoir d’achat induit par la baisse de la consommation électrique, et de produits d’entretien. Ceci constitue par ailleurs une avancée pour la protection de l’environnement.

Les travaux en cours n’impactent que l’usine ; ils ne modifient en rien les modalités actuelles de distribution de l’eau chez vous.

Si vous êtes équipés d’un adoucisseur individuel, il est indispensable de faire évoluer le réglage du matériel pour vous prémunir de tout risque de dégradation de la qualité (eau trop adoucie) et des appareils.

L’eau décarbonatée reste bien sûr totalement potable : équilibrée (c’est une obligation réglementaire), elle garde suffisamment d’éléments minéraux nécessaires à la santé, tels que le calcium et le magnésium. Les minéraux éliminés sont le calcium à 50% et les bicarbonates à 25%. Seul le sodium verra sa concentration augmentée, passant à 60 mg/L en moyenne et restant bien inférieure à la limite réglementaire fixée à 200 mg/L. Le sodium, contrairement au calcium, n’a aucune incidence sur la formation de tartre.

Cette augmentation de la quantité de sodium dans l’eau est cependant à prendre en compte par les personnes soumises à un régime hyposodé.

Mise en service au plus tard le 1er juillet 2019

Les études et les travaux ont débuté en avril 2017 à l’usine de Flins-Aubergenville pour une livraison prévue au plus tard le 1er juillet 2019.

Les grandes étapes du projet sont les suivantes :

  • Année 2017 : phase d’études et travaux préparatoires du site
  • Janvier 2018 à mars 2019 : période de construction
  • Printemps 2019 : réception du chantier et tests
  • 1er juillet 2019 au plus tard : mise en service définitive

La période de tests du printemps 2019 permettra d’atteindre progressivement la dureté en calcium de 15°f  en moyenne (20°f en moyenne pour la dureté totale correspondant au calcium et magnésium).

(*) Hypothèse d’un foyer composé de 4 personnes consommant 120 m3 par an.

(**) Etude consommateurs réalisée par BVA group en septembre 2015 sur le calcaire dans les Yvelines auprès d’un échantillon représentatif de la population de 
18 ans et plus.

Pour toute question spécifique au projet, les conseillers de SUEZ sont à votre écoute du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h au 01 80 77 19 03.

Votre
avis